J-1 avant le marathon de Paris

par | Avr 8, 2017 | courir, Running, Tu cours ? | 0 commentaires

Très étrange ce sentiment. D’un côté excitée à l’idée de me lancer mais d’un autre tétanisée, je me questionne. Avant hier j’ai été retiré mon fameux dossard au salon du running. Encore aujourd’hui je me demande par quelle folie j’ai été touchée en décembre avec cette inscription. À J-1 avant le marathon de Paris, je ne vous donnerai pas de conseil. Après tout je ne l’ai jamais couru, je ne sais pas si je vais adopter les bonnes attitudes. Mais par contre je vais vous ouvrir les portes de mes ressentis.

Le plus grand défi de ma vie

En 25 ans, Je ne vais pas vous dire que j’ai eu une vie de baroudeuse. Bien qu’avoir su provoqué quelques situations dont je suis plutôt satisfaite. Là je pense à ces nombreux concerts, ces personnes que j’ai réussi à faire danser/ chanter et puis aussi à mes défis personnels d’aller de ville en ville.

Et bien à j-1 avant le marathon de Paris, je me dis que demain va pour le moment devenir le plus gros défi de ma vie.

Le marathon ce n’est pas seulement 42,195km. Non c’est surtout un rythme de vie, des sacrifices pendant de longs mois.

Beaucoup m’ont dit que c’était de la folie. Peut être mais c’est ma revanche sur le passé. Ce dimanche je vais devoir me battre, non pas contre des adversaires mais contre moi même. Je penserai à mon combat contre mon poids et à mon corps qui a refusé que je fasse du sport pendant toutes ces années.

Des craintes légitimes

Si il y a bien une question qui me revient depuis ces quinze derniers jours c’est bien est ce que je vais y arriver ? On me répète que cela va bien se passer que je pourrai le faire. Mais au final, personne ne peut savoir, je n’ai jamais mis mon corps dans ce type de situation. Jamais je ne lui ai imposé une telle distance. Jusqu’à présent j’ai atteint les 30km sans ravitaillement (oui je sais ce n’est pas bien), mais au delà ?

L’aboutissement de quatre mois de préparation intense

Comme je l’ai écrit un peu plus haut, je ne pense pas que le marathon a lieu le 9 avril.

Pour moi mon souvenir du marathon ça sera quatre mois à courir plus de 60km par semaine, des entraînements à 5h du matin, parfois sous la pluie souvent dans le froid. Mais aussi des milliers de kilos soulevés, des heures de gainage. Sans oublier ces sacrifices, un régime strict et l’absence il y a quelques jours de gâteaux pour mon anniversaire. Mais il faut savoir ce que l’on veut.

Une chose est sûre, même si le marathon n’a pas encore débuté, je sais que j’aurai appris beaucoup sur moi même et notamment ce mental dont je ne soupçonnais pas l’existence.

À J-1 avant le marathon de Paris, je ferai tout pour aller au delà des douleurs et j’espère me dire que je serai marathonienne. On se donne rendez-vous ensemble à l’arrivée ?